HOME » Découvertes » Faits Divers » 1906 – Manifestation pour la journée de 8 heures

1906 – Manifestation pour la journée de 8 heures

Le 1er Mai 1906, la CGT organisa une grande manifestation pour la journée de huit heures. Les heurts entre la police et les manifestants furent tels, que 800 personnes furent arrêtées.

Cliquez les images pour faire défiler le diaporama.

“Le jour tant attendu, Paris s’éveilla par un beau soleil. Vers huit heures du matin, quand la brigade de réserve de l’officier de paix Jean fit son apparition sur la place de la République, le grand centre de polarisation des grévistes à cause de la proximité de la Bourse du Travail, beaucoup de boutiques restaient fermées. Un certain nombre s’entrouvrait avec les précautions d’usage pour fermer à la moindre alerte, Bientôt les agents patrouillent par groupes de deux ou trois. Défense expresse de stationner. Interpellations, brutalités. A huit heures et demie, il y a déjà 146 arrestations. A neuf heures arrivent les cuirassiers, à neuf heures et demie les dragons, à dix heures les chasseurs à cheval. Les agents en civil, massés un moment à 150 devant la caserne du Château-d’Eau, se mettent de la partie. Des accrochages, des charges ont lieu. Cependant, toute la matinée, les réunions syndicales prévues se tiennent un peu partout, quelques unes à la Bourse du Travail où l’on commente le geste de libération de conscience accompli la veille au meeting de la salle des grèves par le lieutenant Tisserand-Delange, du 5e d’Infanterie.
L’après-midi, les choses prennent une tournure plus grave. Dès une heure, la circulation est impossible dans un rayon de cinq cents mètres autour de la Bourse du Travail. A deux heures, le préfet de police Lépine, promu au grade de généralissime du service d’ordre, fait son apparition. Les bagarres se multiplient et le fameux “manège Mouquin”, imaginé par un policier tristement célèbre, entre en action. Il consiste à faire tourner sans arrêt en ordre serré les gardes républicains à cheval ou les cuirassiers. On ne peut traverser la place qu’au prix de mille difficultés, en risquant les ruades ou le piétinement. Dès lors, c’est dans les artères avoisinantes que les manifestations se déroulent. Des batailles se livrent sur les quais du canal Saint-Martin, sur le boulevard du même nom, faubourg du Temple, rue de la Douane. Le funiculaire est renversé. Des barricades surgissent. Les policiers cognent et expédient aux petits bonheurs passants inoffensifs aussi bien que manifestants sur la caserne voisine transformée en prison depuis le matin et où une vingtaine d’enfants ont été traînés. Au total, la journée se soldera par plus de 800 arrestations, dont 173 maintenues, des blessés nombreux encombrant les hôpitaux. Il y aurait même eu deux morts. Les libérés du Château d’Eau gagnèrent la sortie le soir en courbant le dos sous les coups des agents faisant la haie.” – Maurice Dommanget
extrait de l’histoire du 1er Mai

L’extrait complet est disponible ici : http://www.theyliewedie.org/ressources/biblio/fr/Increvables_anarchistes_-_1_mai_1906_a_Paris_et_en_province.html

Images source cparama

 

Répondre

*