HOME » Culture & Découvertes » Livres » Petite histoire du ticket de métro (Livre)

Petite histoire du ticket de métro (Livre)

Couverture Livre Ticket

Cet objet du quotidien de millions de franciliens est né en 1900 avec l’inauguration de la première ligne de métro (l’actuelle ligne N° 1). En 113 ans d’existence il a connu de nombreuses évolutions  qui sont en fait le reflet de l’évolution des modes de vie des parisiens et finalement un reflet de l’histoire de notre capitale.

Un ticket multifacette !

Titre de transport pratique et économique, il s’en vend aujourd’hui plus de 500 millions par an. Il a donc un rôle économique non négligeable, ce qui lui a permis d’acquérir un statut politique : connaître ou pas son prix est une question piège de journaliste pour tous hommes politiques !Enfin, pour les touristes, il est depuis longtemps une de ses petites icônes que l’on conserve précieusement comme témoignage de son passage dans la capitale. On le voit bien, le ticket de métro est indispensable à plus d’un titre pour des millions d’usagers, ce qui en fait un objet culte !Inauguré le 19 juillet 1900, le métro géré par la Compagnie des Chemins de Fer métropolitain de Paris (la «  CMP ») ne propose alors que trois tarifs avec des tickets de trois couleurs distinctes : rose pour les premières classe (20 centimes) crème pour les deuxième classe (15 centimes) et vert pour les allers & retours (20 centimes).

En 1910, une deuxième société inaugure son propre réseau sur un axe « Nord-Sud » (l’actuelle ligne 12 et une partie de la ligne 13) donnant ainsi son nom à la compagnie. Les tickets sont de couleur grise et ont un système tarifaire identique a ceux de la CMP. Le « Nord-Sud », finira par être absorbé en 1930 par la CMP. Au sortir de la première guerre le métro compte déjà dix lignes et le ticket connaît alors sa toute première augmentation de 5 centimes … après 19 ans de stabilité tout de même.

En 1925, afin d’anticiper les augmentations régulières du ticket, un principe « d’alphabet tarifaire » est instauré. Jusqu’au début des années 70 chaque changement du système tarifaire sera matérialisé sur les tickets par une lettre : A, B, C, D, etc.

En 1930 est créée une première tarification réduite pour les « Mutilés de guerre ». Le seuil symbolique de 1 franc (ancien !) pour le ticket de deuxième classe est atteint en 1937 lors du passage au tarif F. A la veille de la guerre le réseau compte 14 lignes avec 160 kilomètres de voies.

Durant l’occupation, la disparition quasi totale des voitures particulières et des bus (due au rationnement) provoque un afflux majeur et pour l’année 1941 le métro dépasse le milliard de voyageurs transportés. En août 1941 est crée la « carte hebdomadaire de travail » ancêtre de la carte orange. Vendue 10 francs elle est valable pour 12 voyages.

En 1946, le métro transporte le chiffre record de 1, 5 milliard de voyageurs. C’est en 1948 qu’intervient une évolution notable en matière de tarification : on crée la tarification pour les familles nombreuses (la France connaît alors le fameux « Baby Boom »). La RATP est crée en 1949.

C’est en 1958, que le changement de tarif est agrémenté d’un changement de couleur : havane pour la deuxième classe et vert pour la première. Le prix du ticket de carnet en seconde passe à 30 francs et à 45 francs pour celui de première.

La bande magnétique qui marque la fin du fameux « poinçonneur » apparaît au dos des tickets en 1973.

La carte orange qui est une véritable révolution pour les déplacements dans la capitale apparaît à l’été 1975. Elle permet un accès illimité, pour un prix fixe pendant une période donnée. Sa courbe de vente est fulgurante.

En 1980, le réseau transporte 1.093.900.000 voyageurs avec 13 lignes et près de 200 kilomètres de voies. C’est en 1991 que disparaît définitivement la tarification de première classe (en 1999 pour le RER).

La dématérialisation du ticket commence en 2001 avec le lancement du forfait Navigo (La carte orange disparaît en 2010). Dans le cadre de la simplification des tarifs, le ticket passe à la couleur violine début 2003 et prend l’appellation officielle de « Ticket T ».

Le prix pour un plein tarif atteint le seuil symbolique de 1 euro en 2003. A cette époque, le réseau du métro compte 16 lignes et 211 km de voies, auquel il faut rajouter le RER. En 2007 est créé le Ticket T+. Il remplace l’ancien Ticket T, qui ne permettait pas la correspondance entre les diverses lignes de bus.

Pour ceux qui l’ignorent encore … Le prix actuel d’un ticket de métro est de 1, 70 € à l’unité et un carnet de 10 tickets est à 13,70 €.

Grégoire Thonnat
Auteur du livre « Petite histoire du ticket de métro parisien »

Editions SW Télémaque – 19, 90 €.© Photo & tickets : collection Grégoire Thonnat

POUR EN SAVOIR PLUS SUR LE LIVRE : http://ticketdemetroparisien.blogspot.fr/

2e classe - 1903
2e classe – 1903
1ère classe  1903
1ère classe 1903
2e classe 1903
2e classe 1903
1ère classe tarif A
1ère classe tarif A
Tarif réduit - mutilé de guerre - 1930
Tarif réduit – mutilé de guerre – 1930
Carte hebdomadaire de travailleur- 1941
Carte hebdomadaire de travailleur- 1941
Aller retour - 1941
Aller retour – 1941
Carte orange 2e classe - 1975
Carte orange 2e classe – 1975
Tarif N & réduit - famille nombreuse
Tarif N & réduit – famille nombreuse
Vert jade- 1992
Vert jade- 1992
2e classe 1978 - le fameux ticket chic ticket choc
2e classe 1978 – le fameux ticket chic ticket choc
Violine- -2003
Violine- -2003

2 réponses

  1. […]   […]

  2. […] Cet objet du quotidien de millions de franciliens est né en 1900 avec l’inauguration de la première ligne de métro (l’actuelle ligne N° 1). Retour sur 113 ans d'histoire.  […]

Répondre

*