HOME » Tous les articles » Ville » 1960 – La construction du périphérique.

1960 – La construction du périphérique.

Posté dans : Ville | 0
(Nicolas Bonnell/De.Phoebus)

Le Boulevard Périphérique fut construit sur l’ancienne “Zone non aedificandi” de 250 mètres qui séparait Paris de sa banlieue au delà des Fortifications (voir article).

L’enceinte fut abattue au cours des années 20 pour laisser la place aux HLMs en brique rouge, mais la Zone au delà restait encore à exploiter.
Celle ci servait encore de refuge à une population que la crise du logement avait poussé hors des murs.
Si les premières idées de construire un boulevard à cet endroit furent lancées dès 1925, il faudra attendre 1943 pour que le terme “Périphérique” soit employé pour la première fois.
Dix ans plus tard, le Baby Boom d’après guerre accrut les besoin en logements et infrastructures scolaires. La décision fut prise en 1954 de remplacer la “zone” par une rocade circulaire accompagnée d’espace verts.
Les travaux débutèrent en 1956, faisant disparaître les derniers “zoniers”.
L’ensemble était financé à 40% par la Ville, 40% par l’Etat et 20% par le district.
Les architectes durent faire face à de nombreuses difficultés avec entre autre un passage sous le lac du Bois de Boulogne, la création d’un viaduc surplombant le cimetière des Batignolles ainsi que la conception d’échangeurs de grande complexité.
Le premier tronçon, reliant la Porte de la Plaine et la Porte d’Ivry, fut inauguré en 1960. Il fallut attendre 1967 pour voir achever le trajet Porte de Saint Ouen et et Porte des Lilas.
La boucle fut achevée en 1973 entre les Portes d’Asnières et Dauphine.
 
Quelques chiffres…
34,5 km les plus empruntés d’Europe;
81 ponts;
17 ans de travaux;
2 milliards de francs de l’époque;
128 ouvrages d’art de 3 à 900 mètres;
110 km de glissière de sécurité;
40.000 km2 d’écrans antibruit;
35000 lampes;
300 km de cables.
 
En reliant pour la première fois tous les accès extérieurs à la Capitale, ce boulevard aujourd’hui intégré à notre quotidien, représentait une véritable innovation lors de sa mise en service .
Je citerai pour conclure l’excellent ouvrage de Jérome de Baecque et Christian Blavy (“Le Perif” – BTP Images 1993) dont l’originalité et la beauté des photos illustre à merveille la pertinence des textes.
 

©Roger Viollet
Bd Massena dans les années 30 – en arrière plan, la “Zone” est toujours là. ©Roger Viollet
La Zone dans les années 30 ©Roger Viollet
Porte Maillot
Porte de la Villette
Construction du Périf ©Roger Viollet
Construction du Périf – Porte de Pantin ©Roger Viollet

Répondre

*